Cameroun : licenciement Scandaleux au Port Autonome de Douala

1
116

Une note du directeur général qui a suscité un mécontentement et une grande polémique. On se souvient qu’en décembre 2019, les responsables du Port Autonome de Douala ont décidé de faire appel au personnel de la DIT au profit de la structure Régie du Terminal à Conteneur (RTC), nouvellement créée pour gérer le terminal à conteneurs du Port de Douala, après l’interdiction Bonaberi. Aujourd’hui ces courageux Camerounais accusent les dirigeants du port autonome de Douala et parlent de « licenciements abusifs ». Cette affaire malheureuse, qui ne pourrait être plus scandaleuse, secoue actuellement la société dirigée par Cyrus Ngo’o. Nos confrères du journal en ligne 237online, qui rapportent cette information: «Il arrive aujourd’hui que ces courageux Camerounais qui, par patriotisme, ont opté pour une exigence alors qu’ils auraient pu faire autre chose, ont été renvoyés à tort au bout d’un an. de bons et sincères services sans aucune forme d’examen ». La lettre du directeur général (DG) du port autonome de Douala est au centre d’une malheureuse polémique. « … Conformément à l’article 8 de la décision sur la demande de commande précitée, la Régie du Terminal à Conteneur du Port de Douala-Bonabéri vous a régulièrement rémunéré en vous versant les salaires et avantages auxquels vous aviez droit pendant la période de votre demande .… ”Informe ce document.” Cependant, dans une note de la direction déléguée, les collaborateurs recherchés ont été informés que le renouvellement des exigences à la fin de 2020 serait basé sur une évaluation des performances selon un certain nombre de critères précisément définis. L’enquête faite au PDG du PAD le 4 janvier montre clairement que les victimes de Cyrus Ngo’o ont été plus qu’efficaces. Ces salariés ont non seulement reçu de très bonnes notes, mais n’ont pas non plus fait l’objet d’une sanction dans un an », écrivent nos confrères. Malheureusement, et bien que tout coïncide avec le renouvellement de leur exigence, ils ont été surpris d’être informés de l’annulation de l’exigence le 31 décembre 2020. Même ceux d’entre eux qui jouissent du statut de délégué du personnel n’ont pas échappé à la négligence avec un grand mépris pour la législation. Paradoxalement, certains demandés en raison de leur proximité géographique avec les décideurs ont été retenus tout en faisant l’objet de multiples sanctions disciplinaires et techniques. Nous apprenons de sources internes. Ce qui choque encore ces pauvres Camerounais licenciés, c’est que, alors que le RTC est en train de licencier une cinquantaine d’employés sollicités mais bien qualifiés et expérimentés, nous apprenons curieusement à recruter 140 débutants simultanément. On dit que beaucoup de ces jeunes recrues n’ont aucune qualification. Et on se demande aujourd’hui sur quelle base ils ont été embauchés. C’est une grande injustice que les dirigeants du PAD devront sans doute réparer pour apaiser le cœur de ces courageux Camerounais qui ont été renvoyés dans la rue à un moment où il n’est pas facile de trouver un emploi au Cameroun aujourd’hui.

REF: yaoundeinfo.com

1 COMMENT

  1. Cameroun : licenciement Scandaleux au Port Autonome de Douala - CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - Echos du Cameroun

    […] Lire l’article au complet sur web.cameroonmagazine.com var betterads_screen_width = document.body.clientWidth;betterads_el = document.getEl […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.