Affaires des CNI : un avocat fait un humiliant cours de droit à Mbarga Nguele

0
587

Face à la colère des Camerounais qui ne peuvent plus vivre sans papiers d’identité, le directeur général de la sécurité nationale s’est mobilisé pour calmer l’opinion publique. Il a en partie expliqué les retards dans la délivrance des cartes d’identité nationales en raison de la double identité de certains Camerounais. Pour moi, Christian Bomo, ce n’est pas à Mbarga Nguele de résoudre les problèmes de double identité, mais de résoudre le problème de la justice.

«Toutes les personnes aux identités multiples doivent être traduites en justice.
C’est la justice qui doit prendre des décisions sur la véritable identité afin de garder ou d’éliminer les personnes confrontées à cette situation.
Toute personne concernée saisit le pouvoir judiciaire sur demande pour examiner la situation dans le cadre de la procédure de rectification et rédiger ses actes d’état civil.
Une simple demande suffit.
Et pour aller vite, les tribunaux peuvent organiser des audiences spéciales à cet effet.
Ce n’est pas à la police ou aux autorités administratives de décider de l’état civil », a déclaré l’avocat.

Plus de 3 millions de Camerounais ont une double identité

Selon la Délégation générale à la sécurité nationale, cette situation bloque la présentation de leurs cartes d’identité nationales.

Sous les projecteurs, la Délégation générale à la sécurité nationale (DGSN) donne des explications en raison de la lenteur de la création de la carte nationale d’identité (CNI). C’était lors d’une réunion de presse le 8 janvier 2021 à Yaoundé.

A l’issue de cette rencontre, le commissaire de division Dominique Baya, secrétaire général de la DGSN, a publié un communiqué de presse de Martin Mbarga Nguelé, le chef de la police. Selon le Délégué général à la sécurité nationale, plus de 245 000 cartes d’identité nationales attendent dans les commissariats de police leurs propriétaires.

De même, trois millions de Camerounais ont des problèmes d’identité double ou triple dans la base de données de la police. Cette situation bloque la présentation de leurs cartes d’identité nationales.

«Malheureusement, les propriétaires de ces identités multiples refusent de valider leur authenticité car ils ont développé d’autres avantages avec leurs identités multiples», explique le chef de la police. Une manière très subtile de justifier les retards réclamés.

Beaucoup de défauts
Pour la sécurité nationale, il est urgent d’installer un nouveau système qui puisse mieux protéger la citoyenneté camerounaise. On apprend que ce second système résout ce problème majeur, car il y a actuellement plus de trois millions de personnes dans notre pays en situation de double identité. Dans de telles circonstances, seule la première identité est réelle.

«L’ancien système de production de CKI présentait de nombreuses lacunes, la principale étant de mettre en place plusieurs cartes pour la même personne, ce qui ouvrait la porte à des personnes qui pouvaient avoir plusieurs identités pour commettre des crimes et les salaires des autres touchés …» donne de la DGSN.

N’oubliez pas que vous devrez attendre des mois pour demander un CKD ou un passeport. Des années avant la délivrance du document. La situation est tellement préoccupante qu’un internaute a récemment lancé le hashtag «Je veux mon CRF» qui a été utilisé des milliers de fois en quelques jours.

REF: camerounweb.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]