Home Actualité Cameroun Révélations choquantes sur le pouvoir de Ferdinand Ngoh Ngoh au Cameroun »
Actualité CamerounPolitique

Révélations choquantes sur le pouvoir de Ferdinand Ngoh Ngoh au Cameroun »

Dans une récente publication, l’analyste politique Boris Bertolt a présenté des documents troublants mettant en lumière le rôle prépondérant de Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence, dans la gestion de l’appareil d’État camerounais. Selon ces révélations, Ngoh Ngoh aurait reçu en 2019 les pleins pouvoirs du président Paul Biya, ce qui expliquerait les dérives et les scandales qui ont secoué le pays ces dernières années.

Un décret présidentiel datant du 5 février 2019 serait à l’origine de cette délégation exceptionnelle de pouvoirs à Ngoh Ngoh. Dans ce document, Paul Biya confierait à son secrétaire général « la gestion de l’État du Cameroun », selon les termes chocs de Boris Bertolt.

Cette délégation de pouvoirs couvrirait des domaines d’une extrême sensibilité, allant des nominations au sein de la présidence jusqu’au rang de directeur adjoint, en passant par la gestion des entreprises publiques, la publication au journal officiel, voire même les révocations de fonctionnaires.

Mais l’article 3 de ce décret accorderait également à Ngoh Ngoh un pouvoir quasi-discrétionnaire, lui permettant de « discriminer lui-même les affaires qu’il estime opportun de réserver à la signature du président ». Une autorité sans précédent qui lui permettrait de régner en véritable homme-providence sur l’appareil étatique.

Boris Bertolt affirme que cette révélation expliquerait « l’origine des hautes instructions et désormais hauts accords » qui ont conduit à de nombreux scandales. L’analyste met ainsi directement en cause Ngoh Ngoh dans des affaires telles que l’avortement de la CAN 2019, la gestion de la Task Force Covid, le scandale Glencore ou encore le rebondissement de l’affaire Savannah Energy.

Plus grave encore, Bertolt accuse Ngoh Ngoh d’être le véritable instigateur de l’assassinat du journaliste Martinez Zogo en 2022, dans une tentative présumée de renverser le pouvoir de Paul Biya.

Ces allégations sont d’une extrême gravité et, si elles s’avéraient exactes, confirmeraient l’existence d’un véritable « pouvoir noir » occulte au sein de la présidence camerounaise. Cela constituerait un avertissement sérieux pour le vieux lion, confronté à l’ambition dévorante de son ancien bras droit.

Cependant, il convient de souligner que si ces révélations venaient à être démenties, elles témoigneraient néanmoins des profondes fractures qui minent la présidence Biya, rongée par les luttes de clans et les rivalités d’influence. La situation actuelle pourrait donc conduire à une crise de régime aux conséquences potentiellement douloureuses pour l’avenir du pays.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Controverse au défilé du 20 mai : le SDF refuse de porter les effigies de Paul Biya

Le SDF exprime son désaccord sur l’exigence de porter les effigies de...

Paul Biya met fin au conflit entre Samuel Eto’o et le gouvernement

Paul Biya a joué un rôle crucial dans le conflit entre Samuel...

Complot au sommet : Biya sur les traces de Ngoh Ngoh

Paul Biya, président du Cameroun, soupçonne Ferdinand Ngoh Ngoh de comploter un...

[quads id=1]