Macron à Montpellier pour défendre sa stratégie de sécurité

0
83

Lors d’une visite dans un commissariat et un quartier populaire de Montpellier lundi, Emmanuel Macron a défendu sa politique de «sécurité au quotidien», que la droite jugeait beaucoup trop timide un an avant l’élection présidentielle.
Cette nouvelle offensive contre le roi a été initiée par un long entretien au Figaro dans lequel le chef de l’Etat montre sa détermination à un moment où la France fait face, selon lui, à « une forte augmentation des violences contre les peuples ».

Accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, Emmanuel Macron tentera de calmer les policiers avec lesquels il s’entretiendra au commissariat à partir de 11h15.

Il sera repris par la direction de la crise du Covid 19 et interviendra sur le sujet pour la première fois depuis le début du « Beauvau de la sécurité » en février, qu’il a annoncé à l’automne au milieu de la polémique sur la « police « .. Selon le Premier ministre Jean Castex, cette consultation globale devrait jeter les bases d’une «loi ambitieuse de programmation de la sécurité intérieure à l’horizon 2022».

Emmanuel Macron devrait également promouvoir le projet de loi «sécurité mondiale» voté par le parlement la semaine dernière, malgré une vive controverse sur les défenseurs des libertés publiques.

Emmanuel Macron visite un commissariat de Mulhouse en février 2020
Emmanuel Macron visite un commissariat de Mulhouse en février 2020 © POOL / AFP / Archives SEBASTIEN BOZON

Dans un entretien au Figaro, le président défend sa stratégie pas à pas depuis quatre ans, en particulier sa décision d’augmenter les forces de l’ordre de 10 000 membres d’ici la fin du mandat de cinq ans qu’il a promis. « jusqu’à la fin ».

«Chaque Français verra plus de bleu sur le terrain en 2022 qu’en 2017. Cela calme les gens, cela dissuade les contrevenants. Je me bats pour le droit à une vie paisible », nous assure-t-il.

Il faut donc annoncer que 50 policiers supplémentaires viendront d’ici fin 2002 pour renforcer Montpellier. La création d’une «école de guerre avec formation continue» pour les policiers ainsi que la modernisation de leur uniforme et le remplacement de la casquette par une casquette seront également au programme.

Narcobanditisme
Dans Le Figaro, il donne la priorité à la lutte contre le trafic de drogue, qui «explose» et «forme la matrice économique de la violence dans notre pays». « Les exterminer par tous les moyens est devenu la mère des batailles, car les drogues innervent certains réseaux séparatistes, mais aussi la criminalité de tous les jours », a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron visite un commissariat à Mulhouse en février 2020

«Le narcobanditisme est de plus en plus populaire dans les villes sensibles», soulignait en début d’année le directeur de la zone sud de la police judiciaire Eric Arella dans les grandes villes du sud comme Montpellier, Avignon et Perpignan. Le nombre d’implantations dans la zone de Montpellier PJ a plus que doublé en 2020 pour s’établir à 14 contre 6.

Après le commissariat, Emmanuel Macron se rendra dans le quartier de Mosson au nord-est de Montpellier pour s’entretenir avec le personnel local du centre social de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) sur la prévention de la criminalité.

Dans ce quartier républicain de reconquête (QRR), 58,4% des 21 650 habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté et le taux de chômage a atteint 47%.

La nouvelle est arrivée dans le quartier le 1er novembre quand une fusillade a éclaté là-bas en plein jour et une balle perdue coincée dans le mur de la chambre d’une petite fille.

Cinq jeunes ont été placés en garde à vue dans le quartier de la Madeleine à Evreux samedi soir après une série d’actes de violence dans la ville
Cinq jeunes ont été placés en garde à vue après une série d’actes de violence dans la ville samedi soir dans le quartier de la Madeleine à Evreux. © AFP / Archives Christophe SIMON

Cinq jeunes placés en garde à vue à la suite d’une série de violences urbaines survenues samedi soir dans le quartier de la Madeleine à Evreux

Selon une étude récente de l’Institut Elabe, les électeurs citent l’emploi (31%), le pouvoir d’achat (31%) et la sécurité (30%) comme les sujets les plus importants lors du vote pour l’élection présidentielle de 2022.

Parmi les candidats déjà engagés, Xavier Bertrand (ex-LR) a dénoncé dimanche « l’échec total » d’Emmanuel Macron en matière de sécurité.

Quatre ans «d’une explosion de la criminalité, d’un niveau d’immigration record et d’une montée sans précédent de l’islamisme», a également déploré le député LR Eric Ciotti. Alors que Marine Le Pen (RN) « se moquait du président du chaos qui se moque de la violence partout », « nous vend aujourd’hui » « une vie paisible ». « On ne nous épargnera rien », a-t-elle déclaré dans un tweet dimanche soir.

RF:https://www.24matins.fr/

Partagez avec vos proches

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]




PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES: