World news – Voltaire est de retour à la télé à Paris

0
18

Ses écrits contre le fanatisme religieux trouvent aujourd’hui une réponse étrange. Tout comme ses luttes contre l’arbitraire politique. Voltaire (1694-1778) n’a cessé de défendre les libertés individuelles et de vanter la tolérance dans son œuvre. Cependant, il n’est plus au tribunal. Sa statue a été retirée d’un jardin parisien et on ne retient que ses positions sexistes, homophobes, voire racistes de ses livres.

Oublié le rôle du philosophe des Lumières à la veille de la Révolution française? La figure de Voltaire disparaît progressivement de l’espace public. L’entreprise ne remonte pas à hier. Le visage de Voltaire, qui ornait autrefois les billets de 10 francs, a été remplacé par celui de Berlioz en 1974!

Pour réhabiliter son image abîmée, Georges-Marc Benamou et Alain Tasma ont voulu dédier une série télévisée à ce penseur. Son objectif était clair. Remettre au goût du jour cet auteur dont l’héritage est d’autant plus précieux que le fanatisme se réveille de toutes parts. Et pour cela, vous faites revivre le philosophe en lui redonnant sa jeunesse et sa puissance subversive.

Si l’on peut regretter que le scénario efface un peu rapidement certains aspects peu lumineux de la personnalité du philosophe: son narcissisme, sa vanité et, pire, l’antisémitisme qui ternit certains de ses écrits, la façon dont Alain Tasma filme son héros, reproduisant fidèlement les difficultés que cet homme ordinaire à Versailles rencontre pour gagner.

L’entêtement qu’il a dû spectacle pour imposer son Œdipe à la Comédie-Française, ainsi que l’audace qui l’a conduit à écrire La Henriade pour raconter l’histoire de Saint-Barthélemy, montrent clairement que personne n’est ce fils d’avocat attendu. Voltaire a dû se battre pour trouver une place dans la haute société. Et plus pour le garder.

Afin de redonner le caractère ambivalent du jeune François-Marie Arouet, qui se caractérise par une ambition brillante et hideuse, scandaleuse et fulgurante, les auteurs de cette série ont puisé dans le talent de l’ensemble du jeune Thomas Solivérès qui remplit son personnage d’un accueil ambigu. Derrière son premier visage jeune et son sourire désarmant, l’acteur cache en fait des trésors de ruse qui peuvent agacer son personnage. « Il habite son personnage avec la beauté du diable, un regard diabolique, un enthousiasme indomptable », s’enthousiasme l’historienne Evelyne Lever, spécialiste de l’époque (elle a notamment signé une biographie de Madame de Pompadour publiée par Perrin).

Thomas Solivérès, découvert par le grand public il y a dix ans dans Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano, avant de jouer un inoubliable Edmond Rostand dans le film d’Alexis Michalik, ne donne pas une vision idéalisée de Voltaire. L’écrivain est fragile et fier, en colère et cynique, mais reste l’auteur de pièces de théâtre et d’histoires philosophiques inestimables, sans lesquels la Révolution française n’aurait sans doute pas eu lieu.

Il est très probable que l’on nous présente un Voltaire qui est constant dans ses pensées et donc les actions seront directement liées à ses écrits.
Mais était-ce le cas? Quelques exemples simples:
Voltaire est virulent contre l’homosexualité, «un vice destructeur de l’humanité, si elle était générale, et une attaque notoire contre la nature» (pour ne pas aider à soutenir l’espèce et s’opposer à la nature).
Et pourtant il a noué une amitié durable avec Frédéric II et est resté dans le palais du «Sans, Souci» (Transporter Masculinity), où l’homosexualité était la règle et les femmes interdites.
Il prétend avoir lu la Bible et est rejeté par les ecclésiastiques (Rousseau l’a lu attentivement et en a extrait les écritures pertinentes).
Après tout, ses écrits savants n’étaient qu’un mauvais pillage de Madame du Châtelet, qu’elle correspondait avec Isaac Newton et traduisait.
D’un autre côté, à la fin de sa vie, on ne peut nier qu’il trouve cet accord et que sa conduite est conforme à ses écritures.
Je ne veux pas gémir tout au long de la série … alors je vais le voir dans Rediff et accéléré.

Série à regarder et surtout à retenir.

J’apprends ou je crois comprendre (et je ne suis certainement pas le seul dans ce cas) qu’on ne trouverait donc plus de statues publiques de Voltaire?
L’article parle « d’une statue à la retraite dans un jardin public parisien » mais cela vaudrait un article complet du Point (d’où un petit recensement préliminaire) sur le sujet: et ça le mérite!
Si tel est vraiment le cas, et à ce stade de «l’extermination», ce serait tout simplement époustouflant et montrerait clairement notre degré de «soumission» progressive.
Inutile de dire qui en bénéficiera.
Avons-nous besoin de lieux ou de tables « observateurs » de la disparition de nos repères d’identité?

Lisez les articles de la section Culture,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

Le monde avant le feuilleton qui a marqué l’histoire de la télévision Le classement musical de « Point »

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]