L’indice de qualité de l’air et comment l’utiliser, expliqué

0

Comprendre la pollution de l’air : les dangers invisibles

La pollution de l’air est un problème mondial qui affecte la santé de millions de personnes. Avant même que vous ne puissiez voir ou sentir la fumée, elle peut déjà causer des ravages sur les poumons. Les particules fines, connues sous le nom de PM2.5, peuvent s’incruster dans les cellules des poumons et du sang, aggravant l’inflammation, l’asthme, les maladies cardiaques et la santé mentale. L’ozone, quant à lui, peut causer des problèmes respiratoires et endommager les tissus respiratoires. Ces polluants peuvent affecter l’ensemble du corps à tous les stades de la vie, des jeunes aux personnes âgées, et même aux fœtus en développement. Ils proviennent de sources aussi variées que les pots d’échappement des camions, les barbecues des voisins, les centrales au charbon ou les incinérateurs.

Comment mesurer la qualité de l’air

L’indice de qualité de l’air (AQI), établi par l’Agence de protection de l’environnement, est un guide pour connaître la qualité de l’air à l’extérieur. Il existe en réalité deux AQI pour la qualité de l’air, l’un pour les particules fines et l’autre pour l’ozone, mais lorsque vous ne voyez qu’un seul AQI, vous regardez le polluant le plus élevé des deux. Vous pouvez trouver les dernières informations sur l’AQI sur le site web de l’EPA ou en téléchargeant son application AirNow. Les applications météorologiques utilisent souvent des données de la société BreezoMeter pour déterminer l’AQI et les prévisions. Ces chiffres sont basés sur la surveillance de l’EPA, mais peuvent ne pas être identiques à l’AQI de l’EPA. En dehors des États-Unis, la surveillance de la pollution de l’air peut varier considérablement selon les pays, de sorte que les AQI rapportés dans le monde entier peuvent également provenir d’un mélange de modélisation informatique et de données satellites.

Les précautions à prendre

Les personnes ont des sensibilités différentes aux polluants atmosphériques, tout comme elles peuvent avoir des températures de confort différentes. Les personnes asthmatiques, les enfants en bas âge, les personnes âgées et les femmes enceintes font partie du groupe sensible. Même si vous ne faites pas partie de ces catégories, il est important de connaître votre propre sensibilité à la pollution de l’air et de surveiller régulièrement l’AQI pour prendre des mesures appropriées. Les symptômes à surveiller peuvent varier, mais la difficulté à respirer, la toux, l’inconfort et la sensation de serrement dans la poitrine peuvent tous indiquer des problèmes respiratoires. Il est également important de réduire l’exposition à la pollution de l’air en limitant les activités extérieures et en utilisant des masques de protection appropriés.

Mots clés : pollution de l’air, particules fines, ozone, santé respiratoire, AQI, sensibilité, symptômes, précautions, masques de protection

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: