Home Actualité internationale Kaoutar Harchi : « Dans ma famille, on avait l’impression de vivre à deux pas du précipice »
Actualité internationale

Kaoutar Harchi : « Dans ma famille, on avait l’impression de vivre à deux pas du précipice »

« J’avais 20 ans » : « Le Monde » interroge une personnalité sur ses années d’études et son passage à l’âge adulte. Ce mois-ci, Kaoutar Harchi, écrivaine et sociologue, revient sur sa jeunesse passée à appréhender le pire et son émancipation par l’écriture.

La violence et la fracture sociale : un écho dans la société

Dans son dernier livre « Comme nous existons », l’écrivaine et sociologue Kaoutar Harchi aborde la question de la violence et de la fracture sociale qui sévit dans notre société. Suite à la mort tragique de Nahel M., tué par un tir policier, l’auteure exprime son indignation face à cette violence qui s’est infiltrée dans notre quotidien. Elle souligne l’importance de ne pas accepter une telle fracture entre les individus et de préserver notre humanité. Kaoutar Harchi met en lumière les frontières raciales qui se renforcent à travers cette crise, rappelant ainsi l’urgence de lutter contre les discriminations.

Une jeunesse entre différentes classes sociales

Kaoutar Harchi revient sur son parcours personnel, ayant grandi dans une banlieue strasbourgeoise. Issue de l’immigration postcoloniale, elle évoque les stratégies de ses parents pour s’intégrer et réussir dans une société qui ne leur était pas favorable. Malgré son éducation dans un lycée catholique privé, l’auteure se sentait toujours décalée. C’est cette expérience qui l’a poussée à choisir la sociologie, afin de comprendre et résoudre les énigmes de son milieu d’origine. Elle souligne également l’importance de l’écriture dans son émancipation personnelle.

Une vision critique de la société actuelle

Kaoutar Harchi analyse la crise actuelle et met en évidence les tensions raciales qui se manifestent de manière violente. Elle exprime sa volonté de dépasser ces clivages et de construire une société plus inclusive. L’auteure rappelle que la violence ne doit pas être acceptée comme une norme et que chacun a le devoir de préserver son humanité. Elle insiste sur l’importance de lutter contre les discriminations et de favoriser le dialogue pour construire un avenir meilleur.

Mots clés : violence, fracture sociale, discrimination, société inclusive, émancipation, écriture, banlieue, classes sociales, racisme, dialogue.

A LIRE AUSSI ...

Cameroun : Un joueur de football poignardé a mort par son coéquipier.

Les crimes atroces continuent de secouer les localités du Cameroun. Chaque jour...

Le général Colcombet en mission diplomatique : la coopération CAMEROUN-FRANCE.

Un haut gradé de l’armée française, le général de corps d’armée Colcombet,...

Samuel Eto’o quitte le Cameroun dans un climat d’incertitude

Selon le lanceur d’alertes Boris Bertolt, le président de la Fédération camerounaise...

[quads id=1]