Home Actualité Cameroun Richard Bona dénonce une liste secrète d’activistes interdits de passeport
Actualité Cameroun

Richard Bona dénonce une liste secrète d’activistes interdits de passeport

Le célèbre bassiste Richard Bona dénonce une liste noire des activistes dressée par les autorités camerounaises

La liberté de mouvement est un droit fondamental, mais pour les activistes au Cameroun, cela peut devenir un véritable parcours du combattant. Le célèbre bassiste Richard Bona a récemment révélé qu’il existait une liste noire établie par les autorités camerounaises, empêchant ainsi les activistes d’obtenir des passeports et des visas. Cette information vient corroborer les accusations portées par le rappeur Valsero, dont le passeport n’a pas été renouvelé.

Selon Richard Bona, les ambassades du Cameroun sont informées de l’identité des activistes qui sont considérées comme « persona non grata » et sont donc privées de leurs droits. Le bassiste a même confirmé qu’il figure lui-même sur cette liste noire. Cette situation est inacceptable et constitue une atteinte grave aux droits de l’homme.

Les autorités camerounaises doivent comprendre que la répression ne peut être une réponse appropriée aux revendications des activistes. Au contraire, il est temps de dialoguer et de travailler ensemble pour trouver des solutions pacifiques aux problèmes de la société. La liberté d’expression et de manifestation pacifique sont des droits fondamentaux qui doivent être respectés.

Le cas de Valsero est le plus emblématique de cette situation. Ce rappeur a été contraint de quitter le Cameroun en 2019, après avoir été arrêté et emprisonné pour avoir pris part à une manifestation contre la réélection de Paul Biya. Depuis, il a continué à se battre pour la liberté et la démocratie dans son pays, en utilisant la musique comme moyen d’expression. Mais aujourd’hui, il est privé de son passeport et ne peut pas retourner au Cameroun.

Cameroon Magazine appelle les autorités camerounaises à prendre des mesures pour mettre fin à cette situation inacceptable. Les activistes doivent pouvoir exercer leurs droits sans être harcelés ou persécutés. La répression ne peut pas être une solution, car elle ne fait que renforcer les tensions et les divisions au sein de la société. Il est temps de dialoguer et de travailler ensemble pour construire un avenir meilleur pour tous les Camerounais.

Retrouvez-nous sur tous les réseaux sociaux, en particulier sur notre chaîne YouTube, pour suivre l’actualité et les analyses de Cameroon Magazine.

#RichardBona #activistes #passeport #visa #autoritésCamerounaises #GénéralValsero #affaireEnCours #ambassadesDuCameroun #listeDesNoms #interditsDeTerritoire #DéléguéGénéralàLaSûretéNationale #MartinMbargaNguele #renouvellementDePasseport #demandeEnLigne #siteInternet #Rome.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Kemi Seba brûle son passeport français

Kemi Seba brûle son passeport français en signe de protestation Le samedi...

Marathon de Rome : les Kényans règnent sur le podium

Asbel Rutto remporte le marathon Acea Run Rome Le coureur de fond...

Madagascar : la loi sur la castration des violeurs d’enfants sera bientôt promulguée

Madagascar adopte une loi controversée autorisant la castration des violeurs d’enfants Le...

Italie : Meloni révèle son plan de développement pour l’Afrique

Le Sommet Italie-Afrique : un plan de développement pour le continent Le...

[quads id=1]